Une période de paix et d’ouverture

mercredi 25 juillet 2012
par  Joël Chiron
popularité : 32%

Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance.
Que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d’avoir les mêmes sentiments les uns envers les autres selon Jésus Christ, afin que tous ensemble, d’une seule bouche, vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ.
Epître aux Romains chapitre 15 versets 4 à 6

Chers frères et sœurs,

Merci pour votre soutien fidèle et toutes les marques d’affection. Nous avons reçu aussi plusieurs visites ce printemps : la famille Delvas de Chalons, puis les familles Fernandes et Bourrel de Metz et Toulouse. Ces moments ont été agréables et enrichissants dans la communion fraternelle. Nous sommes encouragés par ces visites, et nos frères et sœurs ont une vision renouvelée de la vie ici après avoir passé quelques jours avec nous.

Le Seigneur bénit l’œuvre en Bulgarie malgré les difficultés et toute notre faiblesse. C’est une période de paix et d’ouverture pour le travail. Les contacts et les besoins se multiplient, le travail ne manque pas, il y a une porte ouverte pour l’annonce de l’Evangile.

La famille

Camélia, qui était au chômage depuis plusieurs mois, a finalement trouvé du travail dans un centre éducatif fondé par une mission évangélique, à Borovtzi, un petit village à mi-chemin entre Montana et Berkovitza. Cette maison accueille des orphelins adultes qui ont passé leur enfance dans les orphelinats d’état où les conditions matérielles et morales sont, comme on le sait, très dures.

Beaucoup de jeunes parviennent à leur majorité sachant à peine lire et écrire, et n’ayant aucune préparation dans la vie. Ce centre propose aux garçons une petite formation professionnelle, quelques mois à un an d’accueil et d’affection, et de l’aide pratique pour commencer dans la vie. Les jeunes ont bien sur aussi l’occasion d’entendre la Bonne Nouvelle. Camélia est employée comme institutrice. Elle s’adapte bien et est appréciée de l’équipe et des jeunes garçons, mais ce n’est que le début. Prions surtout pour que ces jeunes désorientés, esseulés et souvent désespérés parviennent au salut.

Les collaborateurs

Notre sœur Bonka a toujours des difficultés sévères de santé en relation avec son rein implanté. Un virus très tenace a nécessité une succession de séjours en hôpital à Sofia, entrecoupés de courtes périodes de repos à Montana. Stéphane se remet de son côté de son opération à la hanche, mais ce printemps a été très éprouvant pour eux. Bonka va mieux mais le traitement continue et il faudra probablement encore un séjour de deux semaines à Sofia.

Les prisonniers

Les visites chaque semaine à la prison de Vratza sont vraiment émouvantes. Le Seigneur travaille les cœurs. Ils sont entre 5 et 12 en moyenne à écouter la Parole dans cette pièce où nous passons une heure avec eux. C’est assez bouleversant de voir ces hommes au passé souvent si violent être touchés, et écouter paisiblement la réunion. Plusieurs ont commis des meurtres, certains sont de graves récidivistes, de ceux pour lesquels la société n’a plus aucun espoir. C’est très rare qu’il y ait la moindre perturbation pendant la rencontre cependant. Les questions sont pertinentes, celles d’hommes désespérés qui voient la réalité de leur misère et espèrent une délivrance de Dieu.

La maison d’accueil a Slivovic

La petite ferme de Nikolaï et Pétia fait face aux intenses travaux d’été, souvent effectués à la main : la moisson, les foins, les potagers. Leurs journées sont très fatigantes et nous essayons de les aider parfois. Le jeune Rangel est le seul garçon accueilli en ce moment dans la maison d’accueil en rénovation. Rangel fait paître les vaches et les chèvres de la ferme. Ce garçon malheureux et solitaire a beaucoup besoin de nos prières. Il a beaucoup souffert dans le passé, comme je vous le mentionnais dans ma dernière lettre. Rangel n’arrive pas à se croire accepté, il ne comprend pas l’amour de Dieu et se replie sur lui-même, sur son monde. Nous demandons au Seigneur qu’Il se révèle à son cœur, pour que ce jeune homme s’ouvre à la vraie vie.

« Dani le tatoué » dont je vous ai souvent parlé devait sortir de prison déjà, mais des bêtises faites derrière les barreaux retarderont sa libération jusqu’à peut être la fin de l’été. Il est prévu que Dani vienne à Slivovic, mais nous craignons pour lui. Il est très attachant, mais impulsif et parfois violent, et nous ne savons pas s’il tiendra dans l’isolement de la campagne et ne cherchera pas à aller en ville, où ses copains et sa vie d’autrefois l’attendent.

Nous attendons aussi la sortie de prison du jeune Dobromir, qui doit venir aussi à Slivovic. Ce jeune orphelin, triste et discret, est abattu et désire un avenir meilleur, mais nous ne savons pas du tout s’il cherche Dieu. Nous prions que Christ se révèle à lui aussi, et qu’il puisse s’adapter au quotidien à la ferme, et y rester.

L’œuvre et les Eglises

  • À Montana notre petite église se remplit ; il y a plusieurs nouveaux contacts. Notamment Anelia, une jeune femme veuve, qui a été gravement atteinte du cancer. Bien soignée elle va beaucoup mieux maintenant par la grâce de Dieu. Une autre jeune femme, Galina, membre de l’assemblée, est atteinte d’une grave maladie qui pourrait à terme la rendre aveugle. Elle a beaucoup besoin de nos prières.
  • Plusieurs hommes craignent de perdre leur travail, dont Ivailo, un frère très fidèle avec sa famille. Son usine risque la faillite. Parfois des visiteurs que nous ne connaissons pas viennent à la réunion le dimanche matin. Les chrétiens invitent aussi leurs amis.
  • A Dondukovo et Zanojene, nombre des jeunes que nous visitons chaque semaine ont quitté la région pour des travaux saisonniers, comme chaque année. C’est une pratique habituelle surtout chez les Tziganes de partir quelques mois par an travailler au loin. Mais il y a de nombreuses difficultés et risques, et les jeunes sont le plus souvent privés de toute communion et témoignage, particulièrement en Espagne ou en Italie, pays qui proposent du travail le plus souvent aux Tziganes, mais où il y a très peu de chrétiens.

Nous souhaitons à chacun d’entre vous un été à la fois reposant et édifiant, une bénédiction pour vos foyers et vos assemblées. Nous sommes reconnaissants pour ce que vous faites pour nous et pour l’œuvre en Bulgarie.

Affections fraternelles,

Camélia, Joël, Martin, Benjamin