Froid polaire en Bulgarie

mercredi 15 février 2012
par  Joël Chiron
popularité : 31%

Chers frères et sœurs,

Inquiet de quintes de toux persistantes et qui m’étouffaient pas moment, avec Cami nous nous sommes frayé un passage à travers les congères jusqu’à l’hôpital de Montana pour une consultation et des examens.

C’était mercredi matin 8 février 2012, il faisait -27°C au lever du soleil et j’avais l’impression que du feu me coulait dans les poumons. Diagnostic : sérieuse pneumonie au poumon gauche. La docteur était très gentille ; elle m’a d’abord proposé de me soigner à l’hôpital, mais après prise de conseil et réflexion nous avons décidé de faire le traitement à la maison. Les conditions dans le dispensaire pulmonaire de Montana sont très mauvaises, l’hygiène très relative, et on se retrouve avec 6 ou 8 malades en chambre, il y a des tuberculeux aussi. A la maison donc, je prends des antibiotiques à haute dose, en restant au chaud.

"Chaud" est relatif puisqu’il fait moins de 15 à l’intérieur, même en forçant le poêle. Dehors c’est entre -15 et -20 depuis presque trois semaines maintenant, et impossible de chauffer plus. On se couvre de pulls, on boit des tisanes chaudes, je lis, écris, m’occupe en attendant que la santé s’améliore, et que le froid lâche son emprise.

La région est littéralement assiégée par l’hiver. La couche de neige en ville est d’environ 60 centimètres, avec des congères d’un mètre, mais il y a bien plus dans les campagnes alentour. Même le puissant Danube gèle. Dans les cours des fermes, les animaux meurent de froid. Pour l’instant la nourriture ne manque pas sauf dans certains coins très isolés, mais se chauffer devient problématique, les réserves de bois et de charbon s’épuisant.

Milton et sa famille ne chauffent qu’une pièce minuscule où ils se sont tous cloîtrés. Nikolai et Petia à Slivovic tiennent le coup dans leur ferme isolée mais c’est un combat quotidien pour s’occuper des bêtes par un temps pareil. Nous ne pouvons plus visiter la plupart des petites assemblées, et communiquons avec chacun par téléphone. A Varchetz et Zanojene la situation est la pire. Aucun véhicule ne se déplace dans le mètre et quelques de neige là-bas. Boris ne peut pas atteindre le centre pour ouvrir la salle de réunion.

Les pauvres gens souffrent beaucoup. La famille de Bela (Montana) est entièrement malade, la petite Tzvetelina, leur fille, est aussi atteinte d’une pneumonie. Les Bulgares sont courageux cependant et la vie continue, elle s’organise. On se débrouille, on s’entraide. Les écoles et la plupart des entreprises sont fermées mais beaucoup de services fonctionnent normalement. C’est en fait se déplacer qui est vraiment problématique. La dernière tempête a isolé mon quartier et seules des jeeps ou voitures très hautes peuvent passer jusqu’au centre de Montana. La municipalité n’a plus d’argent pour dégager. De nouvelles tempêtes de neige sont prévues cette semaine et certainement la situation va encore se détériorer, avant peut-être un redoux dans une semaine.

Le Seigneur prend soin de nous cependant et nous nous soutenons les uns les autres, le moral est bon. Nous appelons les frères et sœurs et les encourageons. La vie ici est difficile et ce n’est pas la première fois que les gens font face à des circonstances adverses. Les enfants de Dieu se confient dans le Père Céleste.


Merci infiniment pour vos prières, votre affection, les marques de soutien.

Joël, et toute la famille.